URPS Infirmiers Hauts-de-France
URPS Infirmiers Hauts-de-France
URPS Infirmiers Hauts-de-France
URPS Infirmiers Hauts-de-France
URPS Infirmiers Hauts-de-France


-

Organisation et évolution de l'offre de Santé en région

Nouvelles coordonnées

Signalez tous changement

Renseignez

Inscription newsletter

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Accès rapide

Déposez ou consultez

une annonce

Annonces

Surveillance sanitaire

Hauts-de-France

Point épidémiologique

Glossaire

Alertes

Nous avons été informés  d'un sixième cas régional d'atteinte neurologique grave depuis janvier 2019 dans le cadre d'une consommation de protoxyde d'azote. Ce mésusage est connu depuis longtemps mais le phénomène continue de s'aggraver. Nous recensons également deux autres cas de complications graves où le lien avec la consommation de protoxyde d'azote n'est pas exclu. Il s'agit d'une personne ayant présenté une embolie pulmonaire et une autre personne ayant présenté un tableau de psychose.


Ce dernier cas d'atteinte neurologique est alertant, car le protoxyde d'azote utilisé était issu d'une smartwhip, bonbonne contenant l'équivalent de 80 à 100 cartouches. Ces bonbonnes sont un facteur de risque de cas grave. De plus, pour ce dernier cas la dose et la durée de consommation semblent assez faibles avant l'apparition des signes cliniques.


Le protoxyde d'azote N2O est un gaz comburant, incolore, d'odeur et de saveur légèrement sucrées. Ce gaz est dépresseur du système nerveux central avec un effet dose-dépendant. Son mécanisme d'action n'est pas totalement expliqué. L'absorption par voie pulmonaire est très rapide, la concentration cérébrale est proche de la concentration inhalée, en moins de cinq minutes.


Les effets immédiats  sur la santé sont des brûlures par le froid (lèvres, gorge, œdème pulmonaire pouvant entrainer le décès), asphyxie, perte de connaissance et risque de chute, pertes de réflexes de la toux et de la déglutition (risque mortel de fausse route, troubles neurologiques, troubles psychiques, surdosage avec troubles moteurs et cardio respiratoires).


Et en cas d'utilisation régulière : risque psychique, risques neurologiques, risques cardiovasculaires, risques liés à un déficit de vitamine B12 (myélites souvent irréversibles), dépendance.


La connaissance des risques par les professionnels liée à l'inhalation de protoxyde d'azote par les usagers est essentielle pour une prise en charge rapide et adaptée de ces patients.



Aussi, nous vous demandons de bien vouloir informer le CEIP-A (pharmacodependance@chru-lille.fr

de tout cas suspect en lien avec une consommation de protoxyde d'azote.















Mohamed Si Abdallah | Directeur adjoint

Direction de la Sécurité Sanitaire et de la Santé Environnementale


l Agence régionale de santé (ARS) Hauts-de-France

556 avenue Willy Brandt 59777 Euralille | Standard : 0 809 402 032


www.ars.hauts-de-france.sante.fr

Capsules de protoxyde d'azote abandonnées

Smartwhip de protoxyde d'azote

Mésusage de protoxyde d'azote

© Copyright 2018 - URPS Infirmiers libéraux Hauts de France - Conception et création Franck PEREZ